Cave of Forgotten Dreams
solo show Renaud Perriches, Exo, Exo (Biennale de Belleville, 2014

A Grotto est la promesse d’un autre lieu. Un espace inédit lié au souvenir des peintures pariétales oubliées dans des caves inconnues. Lors de la découverte de la Grotte Chauvet, les scientifiques ont constaté des techniques graphiques très élaborées de tracés en perspective et de superpositions d’images générant une impression de mouvement. Ils tentent aujourd’hui de donner l’illusion de cette magie à travers la création d’une réplique anamorphique dont la maquette ressemble étrangement à une grotte extrudée en forme de spirale placée dans un cercle. Ce procédé a retenu toute l’attention de Renaud Perriches par son étrangeté et par le fantasme que représente ce dédoublement architectural. A Grotto flirte ainsi avec cette dichotomie, ce désir d’ubiquité, en imaginant notamment une forme d’exposition continuellement filmée dont le canal vidéo est retransmis en temps réel dans l’artist-run-space bellevillois. L’artiste détourne par là-même brillamment la physicalité et l’esthétique « underground » de son atelier et espace d’exposition situé en sous-sol parisien. A Grotto devient également le songe d’une fenêtre vers l’extérieur, vers la projection du réel. Renaud Perriches éveille d’autant plus notre curiosité en proposant d’exposer uniquement le reflet de ses oeuvres perceptibles via l’écran d’une télévision. Il répond lui aussi à la géométrie en mouvement de Chauvet en composant un dessin mural à la feuille d’or - entre fresque rupestre et décor baroque - s’inspirant et ré-interprétant les vitraux de Frank Lloyd Wright et autres architectes pré-modernistes. Cette matière dévoile ici l’ensemble de sa capacité de réflexion, tout comme la graphite, le cuivre ou encore le métal poli, faisant régulièrement apparition dans son travail. À nouveau, la lumière se joue de nos certitudes et nous emmène irrésistiblement à la découverte de la grotte des rêves perdus.

/

A Grotto is the promise of another place. A new space connected to the memory of forgotten parietal art that covers the walls of unknown caves. Upon the discovery of Chauvet Cave, scientists noticed very elaborate graphic techniques of drawn perspective and superimposed images creating an impression of movement. Today they attempt to re-enact this illusion through an anamorphic replica whose model strangely ressembles an extruded spiral shaped cave placed within a circle. This process held Renaud Perriches’ attention by its strangeness and the fantasy conveyed by this architectural duplication. A Grotto flirts with this idea of dichotomy, a desire of ubiquity, depicting a form of exhibition that is perpetually filmed, whose video channel is broadcasted live in the Belleville project space. The artist cleverly hijacks the physicality and ‘underground’ aesthetics of his studio and exhibition space, located in a Parisian basement. A Grotto becomes the vision of a window on the outside, through the projection of reality. Renaud Perriches arouses our curiosity by offering to show only the reflection of his pieces on a television screen. He also echoes the moving geometry of Chauvet by composing a gold leaf mural - between a rupestrian fresco and a baroque decor - referencing and re-interpreting Frank Lloyd Wright’s glass windows and other pre-modernist architects. This material reveals its capacity to reflect, just like graphite, copper, or polished metal, which regularly appear in his work. Here again, light plays with our certainties and overwhelmingly leads us to discover the cave of lost dreams.